1 2 3 4 5 6 7 8 9

Sablage de plancher Rosemont

Maîtres sableurs depuis 30 ans

L’équipe de maîtres sableurs de Plancher Summum parcoure le quartier Rosemont depuis plus de 30 ans. Tout en réparant et en rénovant les planchers de bois franc des résidents de ce pittoresque quartier montréalais, ils ont eu maintes fois l’occasion de découvrir ses propriétés.  Salons, cuisines, chambres et, bien sûr,  les planchers en bois franc racontent à leur façon une partie de l’histoire urbaine de Montréal.

Rosemont – Un quartier en plein essor

De nombreuses propriétés datant des années 1900 sont à l’image de celles bâties dans les quartiers populaires de l’île de Montréal. En fait, le développement urbain dans Rosemont et d’autres quartiers limitrophes a été propulsé par la construction des usines Angus (12 000 employés), tout à côté des villages prédécesseurs de Petite-Côte et de Côte-de-la-Visitation. Ainsi nous y retrouvons des maisons et des édifices bâtis selon les matériaux de l’époque et le type de quartiers : qu’il s’agisse de travailleurs ou de personnes à l’aise financièrement.

Les chantiers ferroviaires ont permis aux ouvriers de s’établir en périphérie du centre-ville en offrant des terrains à prix abordables pour toute classe sociale. Les ouvriers pouvaient alors se permettre l’achat d’une maison, évitant leur établissement près des bidonvilles portuaires. Cette accessibilité à la propriété devint une planche de salut pour un grand nombre de familles afin de sortir de la misère et offrir de meilleures conditions de vie pour élever leur progéniture. Cela allait jusqu’à l’emploi des résidus des Usines Angus, notamment le bois pour la construction des rails qui ont servi dans les fameux ShoesBox Houses.

maison shoebox de montreal

Source : Ville de  Montréal

shoebox montreal

Source : Histoire Parc Extension

Projets immobiliers au début du 20e siècle

En 1910, Rosemont fut définitivement rattachée à la ville de Montréal. En peu de temps, la population tripla et, avec ce boom immobilier, la demande de logements à louer et de maisons à acheter florissait. Aujourd’hui, un siècle plus tard, plus de 82 000 personnes y vivent.         

Au cours du temps, cette arrivée massive de milliers de travailleurs et de leur famille a stimulé la réalisation de plusieurs projets immobiliers : les maisons voisines des Usines Angus, celles qui longeaient les lignes de tramways, les rues commerciales et des secteurs style « banlieue dans la ville » comme celle de la Cité Jardin.

Le quartier de La Cité Jardin a été créé au début de la 2e guerre mondiale. Elle est issue du concept d’urbanisme britannique de la fin du 19e siècle nommé « City Beautiful Movement » qui souhaitait repenser la ville en opposition à l’industrialisation des grandes villes. Nous sommes au début des années 40 dans un Montréal où l’étalement urbain n’est pas encore tout à fait une réalité et où l’automobile pas encore déclarée ennemi numéro un du piéton. La Cité Jardin proposait une nouvelle façon de dessiner une ville où une densité de population serait faible (maisons unifamiliales), où la végétation importante favoriserait la santé et où la circulation automobile serait limitée grâce à des rues en cul de sac et des équipements publics à proximité. Toutes les artères, enclavées et sans issue, aboutissent sur la rue Viau et le boulevard Rosemont ; le parc Maisonneuve longe le quartier, le Jardin botanique est à distance de marche, de même que le Parc olympique. »

cite jardin

Vue aérienne du quartier Rosemont. À droite, on aperçoit la première édition de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (1954) et au centre, les débuts de la Cité Jardin. Source : Ville de Montréal

Le parc Molson

Le docteur John Elsdale Molson, descendant de John Molson et fondateur de la brasserie Molson, est propriétaire d’un vaste terrain dans Rosemont. Il achète plusieurs terres voisines de la sienne dans le but de les diviser en différents lots destinés au développement résidentiel.

Il cède en 1914 une partie de celles-ci, entre les rues Beaubien et Esdale, ainsi que les rues Molson et Poupart (devenue Louis-Hébert le 20 juin 1938), une superficie totale de 214 466 pieds carrés, à la ville de Montréal sous deux conditions : qu’elles soient aménagées en parc et portent à perpétuité le nom de parc Molson.

En 1914 aucune maison n’est construite sur les rues encerclant le parc. Le développement résidentiel apparaîtra vers les années 1920-1930. Il s’agit surtout de duplex et de triplex sises sur les rues Molson, Elsdale et Louis Hébert, et de commerces sur la rue Beaubien.

Rénover votre plancher en bois franc

Dans Rosemont, plusieurs résidences ont plus de 50 ans voire même centenaires pour  certaines d’entre elles. Elles ont été construites sur des fondations solides utilisant des matériaux solides. Parmi les matériaux qui ont réussi à défier les années, on retrouve les planchers de bois.

Les planchers de bois franc peuvent avoir une durée de vie de plus de 100 ans. Bien sûr, leur longévité dépendra de facteurs importants comme : le type de bois, la méthode d’installation, la finition et le type de vernis et d’entretien. Contrairement à d’autres matériaux bon marché, le bois franc tolère la pression des usages divers comme il répond bien aux variations de la température entre l’été et l’hiver. Ceci tout en offrant un décor beau et chaleureux. Autre avantage majeur : il peut être remis à neuf plusieurs fois avant d’être complètement retiré et changé. Son remplacement sera requis lorsque l’épaisseur des lattes ne sera plus convenable au sablage.

Or, plusieurs résidences rosemontoises ont vu leur plancher de bois abîmé par les clous et la colle de revêtements de sol qui eux ont connu des modes éphémères, tels le tapis, les tuiles et le linoléum. Si votre plancher se trouve dans cette situation, ne baissez pas les bras trop rapidement en croyant le remplacer ! Léquipe de Plancher Summum dispose de l’expertise et des moyens nécessaires pour le rénover et lui redonner son lustre d’antan à un coût plus que raisonnable.

Transformer votre plancher de bois franc

Récemment, les artisans du sablage de plancher de Plancher Summum ont été confrontés à tout un défi alors que des propriétaires souhaitaient remettre à neuf leur revêtement de bois franc. Ce dernier était grandement endommagé, couvert de résidus de colle noire laissés par les tuiles d’amiante et le prélart le recouvrant auparavant. Voyez la présentation de ce cas dans l’article suivant : Transformation d’un plancher de bois franc à Montréal.

Voyez ! Peu importe l’âge de votre propriété dans Rosemont et les dommages subis par votre plancher au cours des années, nos artisans sableurs sont prêts à relever le défi !

Pour sabler, vernir ou restaurer votre plancher de bois, choisissez Plancher SUMMUM.

Pour redonner son éclat à votre plancher et optimiser la valeur de votre maison, offrez-vous les services de vrais artisans du bois. Notre travail minutieux et notre volonté de répondre aux attentes de tous nos clients et de toutes nos clientes nous permet de bâtir dans la grande région métropolitaine cette solide réputation de Plancher Summum.

Contactez-nous dès maintenant pour un devis en ligne sans frais.

Au plaisir de travailler pour vous,
L’équipe de Plancher SUMMUM,
Artisans maîtres sableurs à votre service